Le croisé

Le croisé

Par deux fois, en 1248 puis en 1270, le roi prend la croix pour aller libérer Jérusalem et la Terre sainte. Des expéditions longues et coûteuses... qui ne mènent à rien.

Le 25 août 1270, un mois après avoir débarqué à la tête de son armée près de Tunis, Louis IX meurt à Carthage, frappé par l'épidémie de peste qui ravage son camp. Peu de temps après, son frère, Charles d'Anjou, signe avec le sultan de Tunis une paix qui met fin à un rêve de croisade né dans l'esprit du roi de France des décennies plus tôt - projet qui devait l'occuper une grande partie de son règne et le mener en Égypte et en Syrie d'abord, puis sur les rivages du Maghreb oriental.

L'intérêt du souverain pour la croisade est ancien : avant même de se croiser lui-même, il a aidé les chevaliers qui se rendaient en Terre sainte pour combattre ; la libération de Jérusalem lui apparaît comme un devoir de souverain chrétien. Depuis la prise de la ville par Saladin, en 1187, plusieurs expéditions ont été organisées pour la reconquérir, mais elles se sont toutes soldées par des échecs. La troisième croisade, lancée après le choc provoqué par la perte de la cité, parvient à consolider ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter