LE LAPIN

LE LAPIN

De ce mets jadis goûté des Romains, il en existe des sauvages, des domestiques et de compagnie. Parti à la conquête du monde au XVIIIe-XIXe siècle, Oryctolagus cuniculus se révèle très prolifique. Voire envahissant.

Le bon lapin de ferme, autrefois destiné à la consommation familiale, est en passe de devenir un animal de compagnie, pouvait-on lire récemment dans un quotidien français. Cette observation, si anodine qu'elle puisse paraître, n'est cependant pas sans lever... un fameux lièvre ! Pointons d'abord l'ambiguïté de cet « autrefois », en réalité le XIXe siècle, période à laquelle le lapin rejoint le cercle des animaux de basse-cour. Une double migration en vérité, puisque, à la même époque, il fait également son entrée dans le monde urbain et périurbain. Son petit élevage se distingue alors de la production massive qui se développe selon un mode industriel de plus en plus affirmé.

Et auparavant ? Le lapin européen, originaire de la péninsule Ibérique, nous est connu par les auteurs antiques, qui le présentent déjà comme un mets très apprécié par les familles romaines. Elles aménagent des garennes, des terrains boisés où l'animal, élevé en semi-liberté, constitue une proie facile. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

Toujours en kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter