LE MAQUIS ENTRE EN SCÈNE

LE MAQUIS ENTRE EN SCÈNE

Bien que peu armés et soumis à une existence des plus précaires, les résistants ont contribué à retarder l'arrivée des renforts allemands vers les plages normandes...

Depuis des mois, les réseaux fournissent de précieux renseignements sur les troupes allemandes et l'avancée des travaux de fortifications. Les services de l'Abwehr [service de renseignement militaire] et du Sipo SD [service de sécurité de la SS] leur portent des coups sévères. Cependant, la résistance continue de se renforcer. En février 1944, le CFLN [Comité français de Libération nationale] regroupe les formations paramilitaires de la Résistance au sein des Forces françaises de l'intérieur (FFI) en vue de participer activement à la libération aux côtés des armées alliées. Les effectifs passent ainsi de 100 000 en janvier 1944 à 200 000 en juin.

L'action de la Résistance est définie en cinq plans élaborés à Londres par le Bureau central de renseignements et d'action (BCRA). Les plans « Bibendum » pour le blocage et la paralysie des communications routières, « Vert » pour couper les voies de chemins de fer, « Violet » pour les transmissions, « Bleu » pour l'i ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter