LE MODÈLE DE MACHIAVEL

LE MODÈLE DE MACHIAVEL

L'écrivain et diplomate croise la route de César Borgia en 1502. Une rencontre décisive pour son oeuvre à venir.

« Le vice appuyé sur le bras du crime » : la formule de Chateaubriand décrivant une entrée de Talleyrand et Fouché semble marquer la relation entre Nicolas Machiavel et César Borgia. Le premier, manipulateur, aurait étayé sa doctrine politique amorale par l'exemple du second, ambitieux sans scrupule, assassin et incestueux, auquel il aurait prodigué ses conseils. Dès le XVIe siècle, cette image déformée émerge des légendes noires inventées par les adversaires des deux hommes. Un XIXe siècle romantique fasciné par la « fatale et criminelle Italie » lui donne de nouvelles couleurs. En elle, pourtant, tout est faux.

Le Florentin côtoie le Valentinois à trois reprises, entre 1502 et 1503. Il a à peine plus de 33 ans. Depuis 1498, il est le secrétaire de la seconde chancellerie de la République. Il travaille pour le conseil des Dix, l'organe chargé des questions diplomatiques, qui l'envoie régulièrement en mission assister les ambassadeurs - dont il ne fait jamais partie -, le ten ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter