LE MOUTON

LE MOUTON

Entre lui et l'homme, l'histoire dure depuis onze mille ans. Pas un record, mais presque ! C'est que le paisible bovidé cache plus d'un atout sous son épaisse toison laineuse.

Pour un Anglais, le mouton se présente sous deux formes bien distinctes. Sheep, du vieil anglo-saxon sceap, désigne le paisible ruminant qui sert de figurant aux scènes champêtres ; tandis que le mutton est une viande qui sert à la confection d'une shepherd's pie. Cette distinction lexicale remonte à la conquête de l'Angleterre par les Normands, en 1066. Les nobles francophones se réservèrent alors la consommation de la bête que les paysans élevaient.

Pour les pauvres comme pour les riches, le mouton présente de nombreux intérêts, qui firent de lui l'un des premiers animaux domestiqués après le chien. À l'origine, il semble surtout utilisé pour sa chair et son lait. Les cornes peuvent aussi servir aux artisans, notamment pour la confection de peignes et de petits ustensiles. Les moutons à quatre cornes, aujourd'hui exceptionnels, se trouvaient particulièrement prisés. Au rythme lent des sélections, des races à laine se développent.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter