Le Tournedos Rossini

Le Tournedos Rossini

Plat vedette de l'Élysée, cette pièce de boeuf qui fait chanter les papilles est un hommage au compositeur italien.

En 1862, dans Les Nuits de la Maison dorée, le vicomte Ponson du Terrail, maître du roman-feuilleton, fait s'indigner son héros : « Je n'attaque ni la cuisine du lieu où nous sommes, elle est bonne !, ni le velours de ses divans, ni l'éclat de ses bougies ; mais quand on est, comme nous, du Jockey, lorsqu'on a chevaux de sang et maîtresse de choix, on n'imite point les clercs d'avoués qui s'en vont, avec des drôlesses, souper la nuit, sur le boulevard. » Il est vrai que cette Maison dorée, très tape-à-l'oeil, dégouline de dorures et d'éléments clinquants. L'architecte Victor Lemaire a conçu cette « cité des Italiens » - située à l'angle du boulevard des Italiens et de l'actuelle rue Laffitte sur l'emplacement de l'ancien hôtel Choiseul-Stainville, puis du Café Hardy - comme un palais vénitien. On croise dans ce haut lieu de la vie parisienne politiques, écrivains et artistes. Dans la salle donnant sur le boulevard, n'importe qui peut s'attabler tandis qu'à l'arrière, rue La ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter