Les fantômes de la Renaissance

Les fantômes de la Renaissance

Se jouant du progrès et des sciences, les plus fameux ambassadeurs du surnaturel ont tourné la page du Moyen Âge sans faiblir. Pour prendre, au sein de la famille « moderne », une place nouvelle.

Le 22 janvier 1572, à Paris, les voisins s'inquiètent de ne plus percevoir signe de vie dans la maison qui jouxte la leur, rue du Collège-Saint-Denis, à l'actuel numéro 23, rue des Grands-Augustins. Ils alertent les autorités, et un commissaire se rend sur les lieux. Après s'être fait ouvrir la demeure, il découvre une abominable scène de crime : dans l'entrée gît le corps ensanglanté de la maîtresse de maison ; à côté, celui de son fils de 8 ans. Il trouvera dans les pièces suivantes les cadavres de la servante, de la nourrice et du dernier-né, âgé de 22 mois.

L'affaire fait grand bruit à Paris et remonte jusqu'au roi. Mise sur la piste d'un cousin guignant l'héritage de l'assassinée, la justice va très vite. Pourtant, en dépit des efforts déployés, elle ne dispose d'aucune preuve : les sacs à procès - où sont recueillies ordinairement les pièces à conviction - demeurent désespérément vides. Dans le climat pesant d'une audience à laquelle assiste plus d'un millier de Parisie ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter