Les fragrances du monde d'hier

Les fragrances du monde d'hier

Méconnu du grand public, Antonio de La Gandara (1861-1917) a connu la gloire de son vivant grâce à ses relations mondaines. Grâce aussi, et surtout, à un talent exceptionnel nourri des maîtres espagnols, Vélasquez et Goya, et britanniques, Reynolds et Gainsborough. Le peintre d'un monde englouti, dandys et aristocrates, intellectuels et mystérieuses féminités... L'art du portrait triomphe dans cette rétrospective inédite de plus de 200 oeuvres : Robert de Montesquiou, Henry Greffulhe, Edmond de Polignac, Boni de Castellane ou Anna de Noailles et Maurice Barrès... Et ceux d'Anne-Catherine, sa deuxième épouse, d'une touche vibrant de sensibilité. Des paysages aussi, des pastels surtout, célébrant sur le mode nostalgique et poétique le parc de Versailles, sa ville d'adoption, et ceux du Luxembourg et des Tuileries, où de grands arbres chuchotent le souvenir des fêtes galantes de Watteau et des grâces déjà fanées de la Belle Époque.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter