LES NOUVEAUX CANAUX DU SOUVENIR

LES NOUVEAUX CANAUX DU SOUVENIR

Plus un engagé de 14-18 n'est de ce monde. Mais la mémoire de ces combattants, entretenue par leurs descendants, essaime, notamment sur la Toile.

Pendant longtemps, on ne s'est intéressé qu'à la mémoire des combattants de 14-18 ; plus exactement, à la mémoire de la guerre. Le vécu des veuves et des orphelins, la réadaptation des soldats à la vie civile, leurs troubles psychiques, tout cela est resté méconnu. Si l'on peut brosser à gros traits les évolutions de la mémoire collective, à coups de discours politiques, d'articles de presse, de productions littéraires et cinématographiques, la mémoire familiale est restée presque insondée. En 2014, à l'occasion du centenaire de la Grande Guerre, les Archives de France lançaient une vaste collecte, appelant les Français à communiquer les carnets, dessins et autres souvenirs des anciens poilus. On peut s'en féliciter, mais l'histoire de ces derniers est connue. En revanche, l'histoire privée des familles ne l'est pas : comment ont-elles traversé le siècle avec la blessure du deuil, avec l'absence du père, du frère, du fils ou du mari ? Comment ceux qui sont revenus ont-ils repris leu ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter