LES NOUVEAUX ORIPEAUX DE LA JUDÉOPHOBIE

LES NOUVEAUX ORIPEAUX DE LA JUDÉOPHOBIE

Les 550 000 Juifs de France concentrent sur eux 40 % des actes racistes commis dans l'Hexagone. Une tendance récente, aux fondements anciens.

À peine le monde est-il sorti du siècle d'Auschwitz et du goulag de la Kolyma qu'il entre dans l'ère des ceintures de bombes et des attentats-suicides. À partir de 2000, après l'échec des négociations de Camp David II, pendant qu'une vague d'attentats frappe Israël, les manifestations de soutien aux Palestiniens prennent souvent un tour inquiétant pour les Juifs français. Depuis lors, l'anti-sionisme qui s'exprime dépasse largement la critique légitime des gouvernements d'Israël, pour contester la légitimité de l'État hébreu. L'idée s'installe d'une responsabilité des Juifs, confondus avec Israël, sur tous les désordres planétaires.

Gangsters de banlieue

L'image du Juif victime de la Shoah s'estompe, au profit de celle du coupable, qui rejoint les clichés de l'antisémitisme traditionnel sur l'argent et le pouvoir occulte. Sur fond de déshérence des quartiers populaires et d'émergence d'un islamisme radical, un nouvel antisémitisme s'exprime en Europe, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

À ne pas manquer !

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter