Le Cabaret de l’Enfer

Le Cabaret de l’Enfer

Parmi les trésors disponibles dans Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, figure cette photographie du Cabaret de l’Enfer, prise par Eugène Atget à Paris, au début des années 1910.
Plus de pépites à voir sur

Haut lieu de la vie nocturne du Montmartre de la Belle Epoque, le Cabaret de l’Enfer, situé au 53 boulevard de Clichy, proposait des spectacles de magie. Sa devanture richement décorée et sa porte en forme de gueule de diable en assurèrent le succès. L’établissement était jumelé au Cabaret Le Ciel, son immédiat voisin. Un peu plus loin s’était établi leur concurrent, le Cabaret Le Néant. L’atelier d’André Breton était situé à proximité aussi, aussi l’Enfer servait-il parfois de lieu de réunion aux Surréalistes. Peu de temps après la guerre, le cabaret fut racheté et remplacé par une grande surface, qui existe toujours aujourd’hui.

Le cabaret a été immortalisé par Eugène Atget, qui, à partir de 1897, avait entrepris l’inventaire photographique du vieux Paris, menacé par l’urbanisme moderne. Il constitua ainsi un corpus de plusieurs milliers d’images – rues, hôtels particuliers, églises, vieux immeubles, cours, escaliers, mais aussi petits métiers des rues, vieilles boutiques, etc. – , qu’il vendait aux institutions comme la Bibliothèque nationale. Découvert à la fin de sa vie par Man Ray et Berenice Abott, Atget, l’homme du Paris disparu, fut alors consacré figure tutélaire du huitième art.

Retrouvez dans Gallica des sélections thématiques de documents, consacrées en particulier aux photographies d’Eugène Atget, aux images de Paris et à l’histoire de la capitale.
L’équipe Gallica, BnF

Cabaret de l'Enfer : Bd de Clichy 53, photographie d’Eugène Atget, 1910-1912
BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE PET FOL-OA-173 (A)

En kiosque

En kiosque

Toujours en kiosque !

Gilets jaunes - Ce que dit l'Histoire

► Avant le grand débat. Les cahiers de doléances remontent au Moyen Âge

Le principe des consultations publiques, avec la volonté de maintenir la paix sociale, date du Moyen Âge.

► À l'origine des gilets jaunes. Les bagaudes

Selon Guillaume Malaurie, ce mouvement rappelle les révoltes des "bagaudes" à l'époque du déclin de l’Empire romain d’Occident.

Cahiers de doléances, les risques d'un référendum sans question

Les cahiers de doléances sont souvent confisqués par une minorité citadine

► Cahiers de doléances. Comment sont nés les maires ?

Les explications de Jean Tulard

► Les Gilets jaunes et la fin de la République romaine

une analyse exclusive de l'historien belge David Engels

► Avant les Gilets jaunes. Quand la rage populaire faisait l'Histoire

avec Guillaume Malaurie, Eric Pincas, Olivier Coquard, Pierre Schoeller

► « C'est une révolte ? - Non, Sire, c'est une révolution »

Olivier Coquard et le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter