Le Panthéon Nadar

Le Panthéon Nadar

Parmi les trésors disponibles dans Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, figure  le Panthéon Nadar, très ambitieuse suite de quatre lithographies conçues par Nadar en 1852. Elles devaient représenter, en 1 200 caricatures, les hommes de lettres et les journalistes, puis les auteurs dramatiques, ensuite les peintres, dessinateurs et sculpteurs, enfin les musiciens, compositeurs et interprètes, chaque portrait étant accompagné d’une biographie amusante.

Plus de pépites à voir sur

La carrière de Nadar caricaturiste commence vers 1846-1847. Il collabore à ces petits journaux illustrés qui pullulent sous la monarchie de Juillet : le Corsaire-Satan, La Silhouette, La Revue comique à l’usage des gens sérieux, le Journal pour rire de Charles Philipon et le Tintamarre… C’est un dessinateur déjà connu, adoubé par Philipon, le roi de la presse satirique, qui conçoit le projet du Panthéon, avatar des publications antérieures de son mentor, Le Grand Chemin de la postérité (1842) de Benjamin Roubaud (1811-1847).

La période de création du Panthéon est frénétique : Nadar constitue un petit groupe de dessinateurs comprenant son jeune frère pour réaliser les centaines de portraits nécessaires à ces grandes fresques. Le salut viendra de Polydore Millaud, qui achète 400 portraits tirés du Panthéon pour 8 000 francs. Les biographies ne sont pas prêtes et seule la planche des hommes de lettres et journalistes est réalisée en 1854 avec pour certains un recours à la photographie. Après un battage effréné de plus d’un an, cette première et unique planche paraît enfin en février 1854. Succès de presse mais échec commercial, le résultat le plus probant est d’avoir fait de Nadar une célébrité.
Retrouvez le Panthéon Nadar dans l’exposition « Les Nadar, une légende photographique », qui se tient à la BnF du 16 octobre 2018 au 3 février 2019.
Sylvie Aubenas, directrice du département des Estampes et de la Photographie de la BnF.
[Photographie du] Panthéon Nadar, par Félix Nadar, 1854. Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie

 

En kiosque

En kiosque

Toujours en kiosque !

Gilets jaunes - Ce que dit l'Histoire

► Avant le grand débat. Les cahiers de doléances remontent au Moyen Âge

Le principe des consultations publiques, avec la volonté de maintenir la paix sociale, date du Moyen Âge.

► À l'origine des gilets jaunes. Les bagaudes

Selon Guillaume Malaurie, ce mouvement rappelle les révoltes des "bagaudes" à l'époque du déclin de l’Empire romain d’Occident.

Cahiers de doléances, les risques d'un référendum sans question

Les cahiers de doléances sont souvent confisqués par une minorité citadine

► Cahiers de doléances. Comment sont nés les maires ?

Les explications de Jean Tulard

► Les Gilets jaunes et la fin de la République romaine

une analyse exclusive de l'historien belge David Engels

► Avant les Gilets jaunes. Quand la rage populaire faisait l'Histoire

avec Guillaume Malaurie, Eric Pincas, Olivier Coquard, Pierre Schoeller

► « C'est une révolte ? - Non, Sire, c'est une révolution »

Olivier Coquard et le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter