Matthäus Schwarz, pionnier du selfie

Matthäus Schwarz, pionnier du selfie

Parmi les trésors disponibles dans Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, figure ce surprenant « Livre des costumes » de Matthäus Schwarz.
Plus de pépites à voir sur

Matthäus Schwarz naît à Augsbourg, haut-lieu de la finance en Allemagne, en 1497. Il appartient à une famille aisée, qui gravite dans l’orbite des Fugger, les banquiers de l’empereur Maximilien. Il travaille lui-même pour cette famille, en tant que comptable en chef. Mais le jeune homme se pique également d’écrire : un traité de comptabilité, une autobiographie, et ce document extraordinaire : « le Livre des costumes ». Schwarz se fait représenter, du berceau jusqu’à la vieillesse, sur pas moins de 137 dessins, dans lesquels il présente avec un soin particulier ses tenues vestimentaires.

L’objectif avoué par Schwarz au début du manuscrit est documentaire : il souhaite laisser une trace tangible de la mode et de ses évolutions, pendant la première moitié du XVIe siècle. Les tenues passent ainsi de la mode exubérante et moulante, avec ses crevés et ses couleurs vives, aux sages tenues noires et mauves, beaucoup plus amples. Mais derrière la volonté documentaire, se cache une réalité humaine encore plus signifiante. Schwarz réalise une autobiographie en image, se mettant en scène dans ses beaux atours. Il illustre ce tournant fondamental de la Renaissance, qui place l’homme au cœur de la réflexion philosophique. Mais notre notable d’Augsbourg va plus loin : il se fait représenter nu, de dos puis de face. Le portrait n’est pas idéalisé : Matthaüs apparaît « gros et gras », comme il l‘indique lui-même dans le commentaire sarcastique. Il s’agit vraisemblablement de la plus ancienne représentation de nu masculin de la peinture occidentale, qui ne soit ni un personnage biblique ou mythologique, mais un bourgeois bien installé !

Frédéric Manfrin, chef du service Histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme

Dessins des costumes portés par Matthäus Schwarz d'Augsbourg, XVIe siècle. Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Allemand 211.

Plus de pépites à voir sur

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter