Soumission d'Abd-El-Kader à la France

Soumission d'Abd-El-Kader à la France

Parmi les trésors disponibles dans Gallica, bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires, figure cette estampe, partie d’un recueil sur les représentations de l’émir algérien.
Plus de pépites à voir sur

Cette gravure populaire, malheureusement non datée et non signée, illustre le dernier haut fait de l’Emir Abd-El-Kader dans sa lutte contre les Français, lors de la colonisation de l’Algérie. Deux jours après avoir rendu les armes au général Lamoricière, le « Commandeur des croyants » fait sa reddition officielle au Duc d’Aumale, fils du roi Louis-Philippe et Gouverneur général de l’Algérie. De multiples révoltes auront lieu tout au long de la présence française, auxquelles des campagnes de « pacification » mettront terme. Mais l’événement figuré sur la gravure marque le tournant décisif de la prise de contrôle de l’Algérie. Après avoir cessé le combat, Abd-el-Kader est emprisonné en France métropolitaine. Il devient une figure mythique, loué à la fois pour sa résistance à l’oppression et pour sa grande magnanimité. Symbole romantique, souvent comparé à Jugurtha ou à Saladin, il fascine la société du Second Empire.

Le document en lui-même est un excellent témoignage de la diffusion, sur des supports modestes, des principales actualités nationales. Parmi l’énorme production des imageries, dont la plus célèbre est la maison Pellerin, à Epinal, les gravures présentant l’expansion coloniale ont une place importante. Souvent œuvres de propagande, à la gloire des souverains, puis de la République, elles répandent jusque dans les campagnes un goût certain pour l’exotisme. Ces images populaires, au style souvent naïf, auront une grande influence, tant sur les voyageurs et les explorateurs que sur l’illustration des manuels scolaires.

Frédéric Manfrin, chef du service Histoire au département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF

Soumission d’Abd-El-Kader à la France, 23 décembre 1847. Recueil : portraits d'Abd-El-Kader, XIXe s. BnF, Estampes et Photographie, N-2 (ABD-EL-KADER).

 

 

En kiosque

En kiosque

Toujours en kiosque !

Gilets jaunes - Ce que dit l'Histoire

► Avant le grand débat. Les cahiers de doléances remontent au Moyen Âge

Le principe des consultations publiques, avec la volonté de maintenir la paix sociale, date du Moyen Âge.

► À l'origine des gilets jaunes. Les bagaudes

Selon Guillaume Malaurie, ce mouvement rappelle les révoltes des "bagaudes" à l'époque du déclin de l’Empire romain d’Occident.

Cahiers de doléances, les risques d'un référendum sans question

Les cahiers de doléances sont souvent confisqués par une minorité citadine

► Cahiers de doléances. Comment sont nés les maires ?

Les explications de Jean Tulard

► Les Gilets jaunes et la fin de la République romaine

une analyse exclusive de l'historien belge David Engels

► Avant les Gilets jaunes. Quand la rage populaire faisait l'Histoire

avec Guillaume Malaurie, Eric Pincas, Olivier Coquard, Pierre Schoeller

► « C'est une révolte ? - Non, Sire, c'est une révolution »

Olivier Coquard et le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter