Les PRINCIPAUX BUREAUX DU RENSEIGNEMENT FRANÇAIS

Les PRINCIPAUX BUREAUX DU RENSEIGNEMENT FRANÇAIS

Les services secrets s'imposent au XXe siècle comme des organes essentiels de l'État. Aussi leur existence se trouve-t-elle directement affectée lorsque la légitimité de cet État est contestée, comme c'est le cas en France entre 1940 et 1945. L'histoire des services secrets français en témoigne de manière admirable et parfois tragique.

Bureau des menées antinationales

En 1940, les Allemands et le gouvernement du maréchal Pétain s'accordent sur deux principes en matière de guerre secrète : les Français renoncent à toute action hostile au Reich, mais le nouveau régime, basé à Vichy, pourra lutter contre les activités secrètes de ses ennemis, qu'ils soient intérieurs ou venus de l'étranger. Les services français de renseignements (SR) de contre-espionnage - Section de centralisation du renseignement, (SCR) - et ceux qui assurent la synthèse des renseignements au sein des 2es bureaux d'état-major sont donc maintenus - sous l'autorité du colonel Rivet - mais amputés de leurs branches tournées contre l'Allemagne et l'Italie. La SCR est rebaptisée Service des menées antinationales (MA) et confiée au lieutenant-colonel d'Alès. Ce service dispose d'un bureau des menées antinationales (BMA) dans chaque région militaire. En principe, les BMA sont chargés d'assurer la protect ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter