LES SOUTIENS AMÉRICAINS DE KLAUS BARBIE

LES SOUTIENS AMÉRICAINS DE KLAUS BARBIE

Condamné à mort par contumace, « le boucher de Lyon » échappe à ses juges grâce à la protection des États-Unis. En 1948, pourtant, il est interrogé par la police française...

Le 14 mai 1948, deux policiers français se rendent à Francfort-sur-le-Main, dans la zone de l'ex-Reich occupée par les Américains. Là, en présence d'un officier français de liaison auprès des autorités d'occupation américaine, ils entendent Klaus Barbie, ancien SS-Obersturmführer (lieutenant), ancien chef de la Gestapo de Lyon. Criminel de guerre recherché, condamné à mort par contumace en 1947, Barbie est entré au service du contre-espionnage des États-Unis. Les autorités américaines, qui apprécient son expérience de la lutte contre les communistes, refuseront toujours de l'extrader. Un procès-verbal conservé dans les archives des services français de renseignements révèle cependant qu'elles ont laissé les Français interroger Barbie, non pas sur ses crimes, mais sur le rôle d'un résistant controversé, René Hardy.

Le témoignage de Barbie constitue pour Hardy une lourde pièce à charge. L'ex-SS explique que Hardy, arrêté par la douane allemande de Chalon-sur-Saône, a é ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter