De l’hôtel d’Évreux au Palais de l’Élysée

De l’hôtel d’Évreux au Palais de l’Élysée

En partenariat avec les 
Historia propose sur son site internet un document jamais publié dans la presse grand public commenté par son conservateur. Ce mois-ci, le document de la vente de l'hôtel d'Évreux, futur Palais de l'Élysée, à la marquise de Pompadour.

Avec l'installation du jeune Louis XV aux Tuileries, le faubourg Saint-Honoré se couvre, au début des années 1720, d'élégants hôtels particuliers commandités par une aristocratie soucieuse de montrer sa richesse et son pouvoir. L'hôtel du comte d'Évreux, descendant du Grand Turenne, est les plus célèbre d'entre eux. Construit par Armand Claude Mollet, décoré par le sculpteur Michel Lange sur des dessins de Jules Michel Hardouin, l'hôtel est bâti, comme il est d'usage à l'époque, entre cour et jardin. Même si le comte d'Évreux n'en aménagea que le rez-de-chaussée, il en fit sa résidence principale jusqu'à sa mort en janvier 1753.

En raison des dettes considérables grevant la succession, son légataire, le prince de Turenne met l'hôtel en vente publique pour payer les créanciers. L'acte de vente ainsi que les quatre procès-verbaux d'affiches annonçant la mise aux enchères de l'immeuble apporte de précieuses indications sur les circonstances de la vente. Une expertise estime l'hôtel à 450 000 livres en tenant compte des réparations à effectuer. Malgré cette publicité, aucun enchérisseur ne se présente. Sans nul doute, la rumeur courait déjà dans le tout-Paris que la favorite du roi, Jeanne Antoinette Poisson, marquise de Pompadour, souhaitant acquérir une maison à Paris pour être auprès de sa fille Alexandrine, avait marqué son intérêt pour cette demeure. La marquise acquiert donc, le 24 décembre 1753, l'hôtel d'Évreux pour la somme de 500 000 livres.

Comme pour ses nombreuses autres résidences, la marquise de Pompadour modifia peu la distribution des pièces et se préoccupa surtout de la décoration et de l'ameublement de l'hôtel. Tous les travaux ont été supervisés par son architecte habituel, Jean Lassurance, qui y a fait travailler les artisans du service des Bâtiments du roi. Elle fit modifier également l'agencement du jardin en l'agrandissant du côté des Champs-Élysées. À sa mort, en avril 1764, elle légua son hôtel parisien à Louis XV pour son petit-fils, le comte de Provence.

Même si la marquise ne fit que de brefs séjours dans son hôtel du faubourg Saint-Honoré, elle a marqué cet endroit par la pertinence de ses goûts et le choix des artistes qui y ont travaillé.

C'est ainsi que l'hôtel d'Évreux, devenu aujourd'hui le Palais de l'Élysée, résidence des présidents de la République depuis plus d'un siècle, garde l'empreinte de cette mécène des arts en ayant donné à un de ses plus beaux salons le nom de Pompadour.
Évelyne Van den Neste
Archives de la présidence de la République

Légende :Vente de l’hôtel d’Évreux par Godefroy Charles Henri de La Tour d’Auvergne, prince de Turenne, à Jeanne Antoinette Poisson, marquise de Pompadour, le 24 décembre 1753. Arch. nat., MC/ET/CVII/475. Le document a été présenté au Palais de l’Élysée lors des Journées européennes du patrimoine des 15 et 16 septembre 2018.

En partenariat avec les

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter