L'insoutenable légèreté d'une femme de lettres

L'insoutenable légèreté d'une femme de lettres

Figure de la littérature française, Colette renaît sous la caméra du réalisateur britannique Wash Westmoreland, et sous les traits de la formidable Keira Knightley - qui s'exprime en... anglais. Passé cette première surprise, le film est un régal. Non seulement parce que les costumes, les coiffures ou la photographie des rues parisiennes retracent merveilleusement le Paris vibrant de la Belle Époque, mais parce qu'il lève le voile sur l'intimité et le caractère de l'écrivaine. Il aura fallu 20 projets de scénario et seize années de travail pour parvenir à cette version. Elle débute en 1893 par le mariage de Sidonie Gabrielle Colette, jeune femme anticonformiste élevée à Saint-Sauveur, en Bourgogne, et Henri Gauthier Villars, dit « Willy », de 14 ans son aîné, séduisant noceur qui l'entraîne dans le Paris des lettres et des arts.

Si elle est féministe avant l'heure, lui est, assurément et prématurément, un homme de marketing avisé. Il la pousse à utiliser des détails et des ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

À ne pas manquer !

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter