LUCRÈCE BORGIA. HEURES SOMBRES ET LÉGENDE NOIRE

LUCRÈCE BORGIA. HEURES SOMBRES ET LÉGENDE NOIRE

Manipulée par son père - le pape Alexandre VI - et son frère - le sanguin César -, la jeune femme devient un instrument diplomatique. Mais qui, parfois, se rebelle

nutile de décrire la perplexité des habitants de Spolète et de Foligno, gros bourgs à 150 km au nord de Rome, quand ils apprennent, début août 1498, le nom de leur nouveau gouverneur : Lucrèce Borgia, fille du pape et duchesse de Bisceglie (dans les Pouilles). Le poste, réservé à un grand dignitaire de l'Église, en général un cardinal, n'a rien d'une sinécure. Alexandre VI, en l'attribuant à une femme, fût-elle sa fille, verse dans le scandale. Choix d'autant plus surprenant, d'ailleurs, que Lucrèce, tout le monde le sait, se morfond dans le chagrin depuis que son époux, le duc Alphonse de Bisceglie - sûr de payer de sa vie la nouvelle alliance entre le pape et la France -, s'est soudainement échappé de Rome, poursuivi en vain par les sbires des Borgia. Mais le 14 août, elle arrive à Spolète en grand équipage, sur un baldaquin de damas et d'or, souriante en dépit d'une grossesse avancée. Ses administrés, prudents, ont envoyé 400 soldats lui offrir l'hommage de la cité, et l'entrée d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter