Nomades assignés à résidence

Nomades assignés à résidence

Pour la première fois, une exposition retrace la politique de la France menée à l'encontre des « nomades » entre 1940 et 1946. Sa responsabilité dans l'internement de plus de 6 000 d'entre eux (d'octobre 1940 à mai 1944), a été reconnue par le président Hollande en 2015. Mais la discrimination de populations considérées comme asociales et potentiellement criminelles était déjà mise en oeuvre à la fin du XIXe siècle : recensement général en 1895, fichages par des carnets anthropométriques, internement pendant la Première Guerre mondiale des Manouches et Yéniches, considérés comme des ennemis intérieurs... Le 6 avril 1940, un décret-loi les assigne à résidence, avant que les Allemands n'exigent leur internement. Camps d'Arc-et-Senans, de Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes, forteresse de fort Barraux, puis camps de Vichy et de Poitiers. Les documents exposés, archives, photographies, films, témoignent du drame vécu par des familles comportant plus d'un tiersd'enfants de moins de 13 ans. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter