OCCIDENT-ORIENT, LES FRÈRES ENNEMIS

OCCIDENT-ORIENT, LES FRÈRES ENNEMIS

Tout commence dans l'Antiquité. Attiré jusqu'aux rives de l'Indus, Alexandre le Grand découvre les richesses d'un Orient à la fois craint et admiré. Au-delà du « choc des civilisations », Grecs et Romains ont su donner naissance à des empires multiculturels...

Quand, en mars 2001, le mollah Omar fait tirer son artillerie sur les gigantesques bouddhas de la vallée de Bâmiyân (érigés entre 300 et 700) avant de les achever à la dynamite, c'est pour effacer toute trace du passé « impie » de son pays. Car, à ses yeux, ces chefs-d'oeuvre sont doublement sacrilèges - grecs et bouddhiques -, témoins de l'art gréco-afghan, une synthèse opérée, aux premiers siècles de notre ère, entre l'art local et celui des « indo-grecs » descendants des colons appelés dans la région par Alexandre le Grand.

L'« Orient », pour les Grecs, c'est depuis toujours le monde fascinant des grands empires mystérieux établis du côté où naît - oritur en latin - le soleil. La preuve : Dionysos, avant de devenir le grand dieu de la Vigne et de l'Inspiration poétique que l'on connaît, a dû faire en Inde, selon les poètes, une sorte de pèlerinage. Il y a vaincu les « Indiens » puis en est revenu, nimbé de gloire, avec un butin précieux, sur un char magnifique ti ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter