POL POT, le doux rêveur devenu massacreur en chef

POL POT, le doux rêveur devenu massacreur en chef

Issu des bancs de la Sorbonne, Saloth Sar (de son vrai nom) dirige avec ses Khmers rouges l'un des régimes les plus terrifiants du XXe siècle. Retour sur l'histoire d'un Cambodgien qui, de 1975 à 1979, a pavé un enfer de « bonnes intentions ».

On estime à 1,7 million, soit un quart de la population, le nombre de Cambodgiens victimes des Khmers rouges, maîtres du pays pendant cinq ans, entre 1975 et 1979. Ironie du sort, le responsable, celui que le monde entier connaît sous le nom de Pol Pot, est le premier - et, jusqu'à présent, le seul - des dirigeants cambodgiens à s'être donné pour mission première d'améliorer les conditions de vie des pauvres et des déshérités. Un objectif devenu une contre-utopie démentielle dominée par la souffrance et les bains de sang.

NOVICE DANS UN MONASTÈRE BOUDDHISTE

Pol Pot, de son vrai nom Saloth Sar (Saloth « le Blanc », à cause de son teint pâle), naît à Kampong Thom, près du lac Tonlé Sap, au centre du Cambodge, en 1925. Il est issu d'une famille de fermiers prospères, qui ont leurs entrées à la cour : son frère aîné est fonctionnaire du palais ; et sa soeur, concubine royale. Rien, dans son enfance, ne laisse donc présager son avenir. À 9 ans, il entre c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter