POURQUOI EUX ? POURQUOI PAS MOI ?

POURQUOI EUX ? POURQUOI PAS MOI ?

Une dette impossible à régler hante ceux qui s'en sont sortis à l'égard de ceux qui y sont restés. Ce sentiment de culpabilité porte un nom : le « syndrome du survivant ».


Photo : ©Assaf Matarasso/VOZ'Image / Photo tirée de la série Cicatrices (Scars). 

« La mort n'est pas une chose que nous aurions frôlée, côtoyée, dont nous aurions réchappé, comme d'un accident dont on serait sorti indemne. Nous l'avons vécue... Nous ne sommes pas des rescapés. Nous sommes des survivants. » Cette phrase n'a pas été prononcée par un poilu, revenu de l'enfer des tranchées, mais par l'écrivain Jorge Semprun, sorti vivant de l'univers concentrationnaire nazi. S'il ne s'agit évidemment pas ici de comparer les deux expériences, force est de constater qu'une grande partie des soldats de 14-18 ont éprouvé eux aussi cet étrange « syndrome du survivant » ; ce sentiment d'avoir laissé une part d'eux-mêmes là-bas, et surtout d'avoir survécu à la place d'un autre ; cette culpabilité de vivre alors que tant de copains sont morts.

Inventé en 1968 par l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter