Rêves et dérives de Colomb

Rêves et dérives de Colomb

S'il est doté de qualités exceptionnelles, le navigateur génois n'en demeure pas moins un piètre géographe, et sa traversée de l'Atlantique repose sur un faisceau de théories fumeuses et délirantes. Certes, l'idée de gagner l'Asie par l'ouest n'est pas originale, puisqu'elle est déjà énoncée par Aristote. Depuis l'Antiquité, on sait que la Terre est ronde, mais la circonférence du globe et la taille exacte des continents continuent à faire débat. Sur la foi des estimations grossières de Marco Polo, l'érudit florentin Paolo del Pozzo Toscanelli (1397-1482) affirme que l'Eurasie se poursuit beaucoup plus à l'est qu'en réalité : c'est ce qu'il explique dans une lettre célèbre de 1474, que Christophe Colomb a recopiée de sa main. À la suite de calculs complètement faux, ce dernier sous-estime en outre la circonférence du globe terrestre d'un quart environ. De ce fait, les côtes chinoises se situeraient grosso modo au niveau de la Floride et seraient donc presque à portée de mai ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter