Le génie et l'ingénu

Le génie et l'ingénu

Anton, ingénieur en aéronautique, peut-il poursuivre ses recherches sur les fusées de Wernher von Braun sans se soucier de leurs applications militaires ? Rester neutre face aux crimes des nazis, tout en combattant à leurs côtés pour défendre sa patrie ? Trahir le Reich sans trahir l'Allemagne ? Autant de questions qui taraudèrent de nombreux Allemands... Il faudra à Anton, pour entrer en résistance, l'exemple de deux femmes : sa cousine Hanne, ardente jeune résistante, et Adriane, photographe condamnée par la Gestapo à fuir l'Allemagne. La rigueur documentaire et la précision de la narration séduiront les amateurs d'histoire concrète, celle des recherches sur les V2 ou des combats sur le front de l'Est, largement développés. Ce beau roman placé sous le signe de la culture contre la barbarie et du sacrifice contre la servitude fait écho aux vers de Robert Desnos, en 1943 : « Ce coeur haïssait la guerre/Voilà qu'il bat pour le combat et la bataille. »

Ce coeur qui haïssait la guerre, de Michel Heurtault (Albin Michel, 733 p., 24,50 euros).

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter