Vente aux enchères

Vente de la prestigieuse collection Juan de Beistegui

Elle sera exposée à partir du 6 septembre à Paris, chez Christie’s, avant d’être mise aux enchères le 10 septembre. Parmi les lots présentés, figure un rare et énigmatique ensemble mexicain du XIXe siècle, relié de maroquin rouge, constitué de manuscrits et de dessins. Il rend compte d’expéditions commanditées par le roi d’Espagne Charles IV dans la vallée de Mexico, ayant permis la découverte de sites mayas.

La feuille d'or de la couronne de l'Empereur s'envole

L’engouement des collectionneurs pour les objets ayant appartenu à Napoléon  Ier ne se dément pas. Aujourd’hui, les enchères ont explosé les estimations pour la feuille d’or issue de la couronne de lauriers portée par Napoléon lors de son sacre en 1804. Estimée par les experts entre 150 000 et 180.000 € et vendue ce jour par la Maison Osenat à Fontainebleau, elle a atteint 500.000 € auxquels s’ajoutent 25 % de frais soit un total de 625.000 € ! Le numéro d’Historia de Janvier 1958 avait raconté dans le détail l’histoire de cette pièce, récit issu de la bouche même d’une des descendantes du joaillier Biennais artisan de la couronne du sacre que Napoleon trouvait trop lourde. D’où le retrait par Biennais de six feuilles données à ses filles. Selon les experts il ne subsisterait qu’une seule autre feuille  de cette couronne dont l’actuel propriétaire est apparemment inconnu. Paul-François TRIOUX

Aristophil. Fin d'une arnaque

Dans le Memento du numéro 846 d’Historia, nous avons raconté les démêlées judiciaires de l’affaire Aristophil. Sur décision de justice les 130.000 documents résultant de la liquidation devront être dispersés aux enchères pour dédommager les quelque 18.000 souscripteurs lésés.
Les 190 premiers lots vont être vendus le 20 Décembre à Drouot par l’Etude de Claude Aguttes que le Tribunal de Commerce de Paris a chargé de cette opération. Au total près de 200 ventes sont programmées sur 6 ans pour éviter de saturer le marché.
L’étude mise sur deux lots exceptionnels pour lancer cette première vente : le rouleau du manuscrit des 120 journées de Sodome de Sade, (est. 4 à 6 millions €) et le Manifeste du surréalisme d’André Breton (est. 800.000 à 1 million €).
Les dates des différentes ventes et leurs résultats peuvent être suivis sur le site dédié : aristophil.aguttes

En kiosque

En kiosque

Gilets jaunes - Ce que dit l'Histoire

► Les Gilets jaunes, Marat et Finkielkraut

Alain Finkielkraut, suite à son agression antisémite, fait référence à la Terreur et à Marat. Le point avec l'historien de la révolution, Olivier Coquard.

► Gilets jaunes. De la Bastille à l'Élysée

Pour Emmanuel de Waesquiel, les Gilets jaunes ne sont que les très lointains descendants du peuple parisien de juillet 1789.

►Gilets jaunes. La liberté de manifester au coeur du débat

La Constitution traite du droit de manfiester de manière indirecte

► Gilets jaunes. Histoire du maintien de l'ordre à la française

L'historien et grand reporter Matthieu Frachon retrace l'évolution des techniques de maintien de l'ordre public

► Avant le grand débat. Les cahiers de doléances remontent au Moyen Âge

Le principe des consultations publiques, avec la volonté de maintenir la paix sociale, date du Moyen Âge.

► À l'origine des gilets jaunes. Les bagaudes

Selon Guillaume Malaurie, ce mouvement rappelle les révoltes des "bagaudes" à l'époque du déclin de l’Empire romain d’Occident.

Cahiers de doléances, les risques d'un référendum sans question

Les cahiers de doléances sont souvent confisqués par une minorité citadine

► Cahiers de doléances. Comment sont nés les maires ?

Les explications de Jean Tulard

► Les Gilets jaunes et la fin de la République romaine

une analyse exclusive de l'historien belge David Engels

► Avant les Gilets jaunes. Quand la rage populaire faisait l'Histoire

avec Guillaume Malaurie, Eric Pincas, Olivier Coquard, Pierre Schoeller

► « C'est une révolte ? - Non, Sire, c'est une révolution »

Olivier Coquard et le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter