SES PREMIÈRES ARMES CHEZ LES SFORZA

SES PREMIÈRES ARMES CHEZ LES SFORZA

C'est par un coup de bluff que l'artiste s'invite en 1482 à la cour du duc de Milan. Sans expérience comme ingénieur, il va s'y former à l'artillerie.

Lorsque, en 1482, en pleine période de carnaval, il arrive à Milan avec une petite ambassade florentine, Léonard n'a guère de chances de faire entériner ses compétences d'ingénieur militaire. L'expérience combattante de l'artiste troubadour est bien mince. Peut-être a-t-il assisté au siège de Colle di Val d'Elsa, en 1476, où le duc d'Urbino avait déployé ses bombardes, mais, en tout état de cause, il ne connaît bien que les machines ayant servi aux dernières phases de la construction du dôme de Florence. La lettre qu'il adresse à Ludovic le More, dans laquelle il présente ses connaissances dans le champ des machines de guerre, est donc en quelque sorte un bluff. Son savoir en technologie militaire lui vient de collègues mieux informés que lui et de la littérature récente, notamment le traité de Roberto Valturio intitulé De re militari (1472).

La peinture en toile de fond

Les chars à faux, échelles et tours d'assaut, catapultes, trébuchets ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter