Son maître à penser : Madison Grant

Son maître à penser : Madison Grant

Hitler fonde son idéologie sur le suprématisme racial. Sa bible ? L'ouvrage d'un Américain ardent défenseur de l'eugénisme. Une convergence intellectuelle dévastatrice.

Avocat, tenant des théories racialistes et conservateur naturaliste, Madison Grant naît en 1865 - année de l'abolition de l'esclavage aux États-Unis, de la découverte des premières lois de la génétique et de l'invention de l'eugénisme par Francis Galton (voir l'encadré p. 26). Il meurt en 1937, date de la construction du camp de Buchenwald, alors que Hitler, son admirateur, s'emploie à donner une suite industrielle à plus d'un de ses enseignements.

Au cours de ses jeunes années, la société américaine est dominée par les WASP (citoyens de race blanche, d'origine anglo-saxonne et de religion protestante), membres de la classe dirigeante qui aiment à se présenter en « patriciens » - un terme emprunté à l'aristocratie romaine -, descendants des « Pères fondateurs ».

Formé par un précepteur à Dresde

Ils se persuadent que les vertus dont ils auraient hérité les destinent à gouverner les États-Unis, en imposant leur vision du monde. Ainsi, b ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter