SOUS LA PROTECTION DES IMMORTELS

SOUS LA PROTECTION DES IMMORTELS

Dans les habitations comme dans l'espace public, les dieux sont omniprésents. Une promiscuité qui mêle art et sacré, dévotion et tradition.

À se promener dans les rues et les maisons de Pompéi, une impression prévaut : celle que les dieux semblent partout. En 79, le quartier du forum est dominé par pas moins de six sanctuaires majeurs - huit, si l'on inclut les deux chapelles du marché public. Le quartier des théâtres constituait l'autre pôle religieux. En tout, Pompéi comptait une dizaine de sanctuaires, certainement tous en activité au moment de l'éruption. Le Pompéien est environné de sacré. Et il ne suffit pas, pour s'en convaincre, de considérer le nombre des lieux de culte. Aussitôt franchi l'entrée d'un sanctuaire, comme le temple d'Apollon, le visiteur fait face à une foule de statues divines, dressées le plus souvent à titre d'offrandes. On pouvait certes offrir au dieu sa propre effigie ou la statue d'un autre dieu, mais des rituels étaient aussi célébrés pour d'autres divinités qu'Apollon - et ce, sur son domaine.

Dans le polythéisme antique, les dieux ne sont jamais seuls. Chaque divi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter