SOUVENT ÉCARTÉES, PARFOIS ADULÉES

SOUVENT ÉCARTÉES, PARFOIS ADULÉES

Enfants, maison, temple : voilà l'univers de l'honnête Athénienne, toujours placée sous la tutelle d'un homme ou d'un dieu. Mais quelques « créatures » viennent troubler ce tableau trop parfait...

ans un monde dominé par les hommes, la femme s'intègre, bien plus qu'on ne le pense, aux activités de la société athénienne. Certes, la situation la plus idéalisée est celle de mère au foyer, épouse de citoyen et qui s'occupe de sa lignée. Son mariage scelle une alliance entre deux familles et permet de maintenir, au travers d'une descendance légitime, le patrimoine familial. Une fois mariée, la fille d'un citoyen passe généralement de la dépendance de son père à celle de son mari. Toute sa vie, elle est assujettie à un « représentant légal », qu'il s'agisse de son père, de son frère, de son mari ou de son fils.

En fonction de la volonté ou de la richesse des familles, elle peut recevoir une éducation plus poussée que ne l'exige la bonne gestion du ménage. Mais la femme, en Grèce ancienne, est avant tout une mère et une épouse qui doit apprendre à tenir une maison. Les plus aisées d'entre elles administrent l'oikos (l'ensemble des biens de la maisonnée), dirigent le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter