Thulé, mirage du Grand Nord

Thulé, mirage du Grand Nord

L'île, aux confins du monde, déboussole les marins de l'Antiquité, qui y voient une lande hospitalière ou le repaire des redoutables Hyperboréens.

L'Ultima Thulé, aux yeux de Jean Malaurie, c'est, sur la côte nord-ouest du Groenland, la mystérieuse terre des Inuits (la population la plus septentrionale du globe). Plus prosaïquement, Thulé, c'est également une immense base aérienne américaine, très utilisée pendant la guerre froide. En dénommant ainsi cette contrée désolée, le savant comme l'administration danoise domestiquent un mythe vieux de plus de deux mille ans. Celui-ci symbolisait autrefois, pour des Méditerranéens amateurs d'eaux bien tempérées, l'horizon incertain et redoutable des mers glacées. Toutes ces régions, au nord du Nord, furent longtemps, aux yeux des Grecs, le domaine des Hyperboréens, ces gens qui, mot à mot, habitaient au-delà de la source du vent du nord, le borée.

En tant que nord absolu, Thulé incarne dans l'imaginaire antique - et pour longtemps - l'horizon septentrional du monde : quand le poète Virgile entend flatter l'ego de son protecteur, l'empereur Auguste, à qui il dédi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter