Travesties et émancipées. XVIIIe siècle.Marguerite Le Paistour, un bourreau à vous faire perdre la tête

Travesties et émancipées. XVIIIe siècle.Marguerite Le Paistour, un bourreau à vous faire perdre la tête

Marguerite voit le jour à Cancale, le 2 août 1720. Sa mère, décédée prématurément, cède sa place à une marâtre maltraitante. À 20 ans, Marguerite trouve le courage de fuir et s'habille en garçon pour être libre de se déplacer à sa guise. Car si elle était arrêtée en tant que femme, elle serait aussitôt reconduite chez sa belle-mère. Désormais, elle s'appelle Henri. Brisée par son enfance, Marguerite porte en elle une rage inextinguible. Après maintes aventures, on lui propose un poste d'apprenti bourreau pour la sortir de sa misère. Ces travailleurs de la mort sont marginalisés et redoutés, mais gagnent bien leur vie. Marguerite se passionne pour son nouveau métier. Elle aime lire la terreur dans les yeux des condamnés, surtout dans ceux des femmes, sur lesquelles elle projette la haine de sa marâtre. Comme elle excelle, elle occupe, dès 1747, la fonction d'exécuteur des hautes oeuvres de Lyon. La petite fille battue est devenue un homme craint et respecté. Mais Marguerite a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

Toujours en kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter