UN EMPIRE GAGNÉ ET PERDU SUR LES MERS

UN EMPIRE GAGNÉ ET PERDU SUR LES MERS

Face à la menace perse et aux ambitions de Sparte, Athènes mise sur la maîtrise des routes maritimes. La construction d'une immense flotte, grâce au trésor de la ligue de Délos, va longtemps assurer son succès.

Athènes, en cette année 431 av. J.-C., on est (sans le savoir) à la fin de l'âge d'or, cette période de cinquante ans (la pentécontaétie) où, après la victoire de 480 av. J.-C. sur les Perses, elle s'est forgé un véritable empire maritime, cette ligue de Délos qui regroupe, sous son autorité, les principales cités des côtes d'Asie Mineure et du nord de la mer Égée. Le siège de cette confédération, c'est donc l'île sacrée de Délos, qui abrite son trésor : près de sept tonnes d'argent, assez pour entretenir, pendant neuf mois, les 200 trières chargées d'assurer la sécurité de la région face à une éventuelle menace perse.

L'ESPRIT DES LIGUES

L'argent vient donc de ces alliés, sous la forme d'un tribut fixé par Athènes en fonction des revenus de chaque cité, et la ligue peut ainsi compter sur une arme redoutable, la trière : cette embarcation à trois rangs de rameurs (au nombre de 170) et dotée d'un éperon de bronze lui a permis naguère de déf ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter