UNE FAMILLE PAS COMME LES AUTRES

UNE FAMILLE PAS COMME LES AUTRES

Arrivé à Rome, le clan espagnol des Borgia déborde d'ambition. Mais le parcours vers le Saint-Siège vire au chemin de croix, sur lequel tous les coups sont permis. Et à ce jeu-là, cette faction ne manque pas de talent.

Deux papes, plusieurs cardinaux, une religieuse tertiaire (Lucrèce est duchesse de Ferrare à la fin de sa vie) et un saint, tout cela en moins d'un siècle : les Borgia - impossible de le cacher - sont avant tout des gens d'Église ! D'autant que la vocation du premier de leurs papes, Calixte III (1455-1458), a été dûment annoncée par l'un des plus grands saints du temps, Vincent Ferrier (1350-1419), dominicain catalan qu'une injonction christique avait, disait-il, envoyé prêcher la bonne parole sur les routes d'Europe (il est enterré à Vannes !). Impossible non plus de nier qu'ils ont marqué durablement cette Église, et d'une étrange empreinte, comme nos consciences : un Borgia, chacun, de nos jours encore, sait ce que cela signifie - ou croit le savoir, et l'ombre qui noie le nom de cette brève dynastie est bien loin de se disperser.

C'est en tout cas une rude famille, qui doit toute sa fortune à la Reconquista, cette « reconquête » des territoires espagnols accaparés par le ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque

À ne pas manquer !

En kiosque

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter