UNE FUNESTE MASCARADE À148 000 E

UNE FUNESTE MASCARADE À148 000 E

C'est le prix atteint, à l'hôtel Drouot en novembre 2017, par le masque mortuaire en cire de Napoléon. Un chiffre cependant inférieur à son estimation basse (150 000 E.) En définitive, l'empreinte du visage de l'Empereur, qui aurait été effectuée en 1820 à Sainte-Hélène par le Dr Antommarchi, n'a pas trouvé preneur. L'origine de l'objet est en effet discutée. A-t-il été réalisé directement sur le visage du défunt ou à partir d'un original ? Sur l'île ou en Suisse, vers 1830 ? Propriété d'antiquaires genevois ayant tenté par deux fois de le vendre au musée de l'Armée, ce masque a été authentifié après une analyse génétique des poils qu'il contient. Pour sa part, la Fondation Napoléon le considère comme une sorte de reliquaire fait bien après la mort de l'Empereur, et dans lequel ont été ajoutés a posteriori les résidus pileux.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

En kiosque

En kiosque


De Charlemagne à l'âge d'or du Moyen Âge, des Segadors de 1640 à la chute de Barcelone en 1714, du Diari Catalá au stade de Monjuïc, la rivalité entre Madrid et Barcelone ressemble à un clásico politique vieux de plusieurs siècles. Un dossier pour comprendre les enjeux de l'indépendantisme catalan.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre newsletter